Le matériel d'observation

 

Notions de base:

  1. La Lunette
C'est un objectif, composé généralement de deux lentilles, qui collecte la lumière des astres pour former une image, laquelle sera examinée au moyen d'un oculaire.

lunette.JPG (8384 octets)

lunette(1).JPG (12566 octets)

 

  1. Le télescope Newton
La collecte de lumière est effectuée, dans ce cas, par un miroir dont la surface est légèrement creusée et revêtue d'une couche métallique réfléchissante. On distingue plusieurs types de télescopes :

Le télescope de Newton : un petit miroir plan, placé au centre du tube, renvoie l'image, formée par le miroir principal, sur le côté où on observe avec l'oculaire. C'est l'instrument le plus répandu.

Le télescope Catadioptrique : pour obtenir un instrument plus compact, on place un doubleur de focale dans le porte-oculaire. Les performance obtenues avec ce système sont loin d'équivaloir celles d'un Newton classique ou des autres formules optiques.

newton.JPG (10368 octets)

newton(1).JPG (19543 octets)

 

  1. Le télescope Cassegrain
A la différence du Newton, le petit miroir n'est pas plan mais convexe; il renvoie l'image derrière le miroir principal, au travers d'un trou percé au milieu de ce dernier. Par ce système, le miroir secondaire accroît la distance focale du primaire. Ce montage permet d'obtenir un instrument moins encombrant qu'un Newton de focale équivalente.

cassegrain.JPG (8893 octets)

cassegrain(1).JPG (20124 octets)

 

  1. Le télescope Schmidt-Cassegrain
Il s'agit d'un Cassegrain dont le miroir primaire a une très courte focale, ce qui permet d'avoir un tube très court. Le miroir secondaire, comme dans le Cassegrain, permet d'obtenir, en sortie, une image équivalente à celle d'une focale beaucoup plus longue. A l'avant, une lame correctrice corrige les aberrations de sphéricité engendrées par la courte focale du primaire.

schmidt.JPG (9858 octets)

schmidt(1).JPG (17445 octets)

 

  1. Les oculaires

Il existe quatre sortes d'oculaires.

Oculaire positif de Ramsden : c'est une loupe composée de deux lentilles plan-convexes non accolées (les convexités se regardant). L'ensemble est placé au-delà de l'image réelle fournie par l'objectif. Oculaire économique convenant mieux aux lunettes qu'aux télescope. Champ généralement limité à 30°.

ramsden.JPG (6010 octets)

Oculaire négatif de Huygens : l'image réelle fournie par l'objectif vient se former entre deux lentilles plan-convexes (les convexités tournées vers l'objet). Cette image est examinée par la plus petite lentille située près de l'œil. Un premier verre appelé "verre de champ" collecte les rayons issus de l'objectif et les rabat sur le "verre de l'œil". Le champ est ordinairement de 45°.

Oculaire très employé pour les longues-vues et lunettes astronomiques. Usage déconseillé avec un télescope ouvert à f/6 ou f/8.

huygens.JPG (5768 octets)

Oculaire orthoscopique : dans cet oculaire, la lentille d'œil est plan-convexe, face plane vers l'œil. La lentille de champ se compose de deux biconvexes collées de part et d'autre d'une biconcave. Le champ est généralement de 40°. C'est un oculaire universel, excellent aussi bien pour les lunettes que pour les télescopes.

or.JPG (11174 octets)

Oculaire de Plössl : il se compose de deux groupes plan-concave et biconvexe se faisant face. Le champ varie entre 48° et 50°. Oculaire idéal pour tous les instruments, mais assez coûteux s'il est traité anti-reflets.

plossl.JPG (6043 octets)

Le choix de l'oculaire détermine le grossissement de l'objet observé, mais ce n'est pas si simple que ça...

  1. Le coulant : il s'agit du diamètre extérieur de la jupe de l'oculaire, et donc du diamètre intérieur du porte-oculaire. Il existe le diamètre japonais qui est de 24,5 mm et le diamètre américain qui est de 31,75 mm. Enfin, certains porte-oculaire sur les instruments les plus puissants reçoivent en plus le diamètre de 50,8 mm.
  2. La focale : c'est d'elle que va dépendre le grossissement obtenu. Selon que l'on cherche un astre, que l'on observe une galaxie, la Lune ou Jupiter, les grossissements utilisés ne sont pas les mêmes. C'est pour cela qu'il faut une gamme d'oculaires. C'est la seule façon d'obtenir, à chaque fois la meilleure image possible.
  3. La qualité : chaque oculaire porte, gravés, la focale et une ou plusieurs lettres, voire un nom. Il s'agit de la formule optique. Les indications ci-après vous permettrons de connaître le niveau de qualité en fonction de ces lettres ou de ce nom.
  1. Le champ visuel : c'est la portion d'espace que l'on aperçoit lorsqu'on regarde à travers l'oculaire. Ce champ dépend du champ de l'oculaire (champ apparent ou CA) et du grossissement. L'observation de la Lune, de la voie lactée ou des amas ou nébuleuses requiert le champ le plus important possible pour être véritablement spectaculaire. Un grand champ facilite également le pointage des astres.
  1. Choix du grossissement : une bonne gamme d'oculaires doit se composer des éléments suivants :
  1. Oculaires parfocaux : cela signifie que lorsqu'on change d'oculaire dans la même série, la mise au point ne change pratiquement pas.
  2. Champ de vision : pour déterminer le champ de vision, il suffit de diviser le champ apparent de l'oculaire par le grossissement. Pour chaque oculaire, le champ apparent (CA) est indiqué en degré, après la focale (dans les tableaux qui suivent).

 

  1. Les montures:
Schemas types de montures. Il existe plusieurs types de supports pour les télescopes astronomiques : les montures azimutales et les montures équatoriales, et les montures Dobson. Une monture azimutale (à droite) posséde un axe vertical et un axe horizontal. Ce type de support est facile à réaliser et convient parfaitement pour des instruments de petite taille.

Les montures équatoriales sont plus élaborées : l'un de leurs axes est dirigé vers le pôle céleste P et paralléle à l'axe de rotation de la Terre. Cet axe (appelé axe polaire) se trouve donc dans le plan du méridien local et fait avec le plan horizontal un angle égal à la latitude géographique du lieu d'observation (phi).A l'aide d'un mouvement d'horlogerie ou d'un moteur électrique , le télescope peut suivre automatiquement l'objet observé en tournant autour de son axe. Les montures équatoriales présentent également des cercles gradués permettant de situer les objets en fonction de leurs coordonnées équatoriales.

Schema types de montures

 

Schéma d'un télescope Newton:

Schema d'un telescope type Newton

Mise en station:

1) Desserrer la manette de calage de l'axe de déclinaison et tourner le télescope jusqu'a ce que la flèche indique 90° sur l'échelle de déclinaison. Serrer la manette de calage de la déclinaison. Le télescope se trouve maintenant en parallèle à l'axe polaire.

2) Desserer la manette horizontale et tourner le télescope jusqu'à ce que le bout ouvert fasse face exactement au Nord. Il peut s'effectuer au moyen d'une visée approximative à l'étoile Polaire ou en employant une boussole pour trouver le Nord magnétique.

3) Chercher la latitude du lieu d'observation. Desserer la manette de l'axe polaire et mettre l'échelle de latitude sur l'endroit en question.

4) Attention l'étoile Polaire est éloignée de 50 minutes d'arc du pôle céleste Nord. Par conséquent, il faut régler la visée de l'étoile, en se referent à l'illustration ci-dessous.

Graphique de la position de la POLAIRE

Par exemple l'étoile VEGA de trouve à la déclinaison de +38° 44' et d'ascension droite 18 heures et 35 minutes.
Desserrer la pince d'arrêt de la déclinaison. Tourner le télescope autour de l'axe de déclinaison jusqu'à 38° et le bloquer là.
Le ciel est divisé à la maniére d'une grande montre de 24 heures avec des minutes et des secondes.
On peut observer la localisation de la GRANDE OURSE sur la carte à partir de 11 heures. Aprés avoir localisé les étoiles indicatrices de la GRANDE OURSE (Merak, Dubhe), desserrer la manette de calage de l'ascension droite. Tourner le télescope pour aligner le barillet aux deux étoiles indicatrices de la GRANDE OURSE, et, par conséquent, à l'étoile polaire. Le télescope est braqué maintenent sur l'ascension droite approximative de 11 heures. Bloquer la manette de l'ascension droite. Tourner le cercle horaire pour mettre l'aiguille sur 11 heures. Le télescope est réglé maintenant de telle façon qu'il est coordonné avec la montre céleste en vue de l'endroit particulier à ce moment ci. Tourner le bouton moleté sur l'accessoire de l'ascension droite, pour déplacer le télescope en fonction d'un tour un quart approximativement à droite, jusqu'à ce que l'aiguille dépasse un peu 18 heures et 30 minutes sur le cercle horaire.
Regarder à travers le viseur vous trouverez VEGA.